666 en vérité

Publié le par Pythagore1618

Que de malentendus à propos de ce nombre ! Je vous propose une expérience : tapez « 666 » sur Google Images et vous serez saisi d’horreur face à un écran rempli d’images sataniques issues des fantasmes les plus malsains.

 

Laissons cela car nous avons certes mieux à faire.

 

Le nombre de la bête

 

Il est cependant légitime de s’interroger sur le sens spirituel de ce nombre. Le nombre 666 apparaît dans le dernier texte de la Bible, l’Apocalypse (mot qui signifie révélation).

 

Apocalypse 13 : 18

« C’est ici la sagesse. Que celui qui a de l’intelligence calcule le nombre de la bête. Car c’est un nombre d’homme, et son nombre est six cent soixante six. »

 

Le nombre 666 est donc décrit comme étant celui d’un « bête ». Mais de quelle sorte de bête s’agit-il ? Une indication nous est donnée dans le passage suivant :

 

Apocalypse 13 : 11

« Puis je vis monter de la terre une autre bête, qui avait deux cornes semblables à celles d’un agneau, et qui parlait comme un dragon. »

 

Nous apprenons donc que cette bête avait deux « cornes » et « parlait comme un dragon (le dragon est l’image de Lucifer, l’Archange déchu) ». Pour nous qui lisons ce texte 2000 ans après sa rédaction, le vocabulaire utilisé est parfois un obstacle sur le chemin de notre compréhension car d’une part le langage biblique ne doit pas être pris au sens littéral (il véhicule des images qui transmettent des notions) et d’autre part le voyant qui a reçu cette révélation a été contraint d’utiliser les maigres ressources du langage humain pour tenter de décrire une réalité spirituelle vivante qui lui a été montrée en images. Ainsi donc les deux cornes de la bête ne sont pas celles d’un escargot mais les deux mots (un mot = une corne) qui désignent l’horrible « bête » avec laquelle nous sommes aux prises actuellement : le péché.

 

A cela s’ajoute le fait que le nombre d’un nom ne peut être calculé qu’a partir de la langue allemande, langue qui a été préparée depuis des siècles pour recevoir le Message de la Lumière (pensons notamment à Luther). Or, en allemand « le péché » s’écrit « die Sünde » et au moyen d’un procédé de calcul qu’il ne m’est pas permis de diffuser on trouve effectivement :

 

die Sünde = 666

 

Comme 6 est le nombre de la Puissance (voir à ce sujet l’exposé « la puissance du nombre 6 » du présent blog), nous découvrons la vraie signification du nombre 666 : triple puissance pour la bête qui nous menace, à savoir le péché. Un sévère avertissement pour notre époque !

666 en vérité

Le nombre d’un homme

 

Mais il est également écrit dans la première citation que le nombre 666 est le nombre d’un homme. De quel homme peut-il bien s’agir ? Certains guettent l’apparition d’un sombre personnage qui serait à lui tout seul l’incarnation du mal le plus absolu : l’antéchrist. Certains penchent pour Hitler, d’autres optent pour Satan. Le Pape lui-même est soupçonné. C’est assez dire à quel point la confusion règne !

 

Pour trouver notre réponse, il nous faut comprendre la véritable signification d’un nombre. Cette signification n’est jamais évoquée car notre époque, plus que toute autre, est profondément matérialiste.

 

La véritable signification d’un nombre

 

Un nombre est presque toujours perçu comme la mesure d’une quantité. C’est ainsi que nous mesurons les distances, les durées, les poids. Notre compréhension des nombres se limite à cela. Cette limitation aurait fait bondir Pythagore, pour le lequel un nombre possède une qualité, on pourrait même dire une sorte de « personnalité ». Ainsi, avons-nous découvert que 6 est le nombre de la « Puissance » qui est l’une des neuf Grandes Lois qui régissent la Création.

 

Un nombre est donc l’émanation d’une Loi cosmique. A partir de cette Loi, il s’élance dans la création et prend la forme d’une force vibrante et rayonnante qui inonde et traverse tous les plans.

 

Par l’intermédiaire du nombre de notre nom, nous entrons alors en contact avec certaines de ces forces. Ces forces nous sont données pour notre évolution personnelle et pour celle de la Création. Toutefois, nous conservons notre libre arbitre et nous pouvons les utiliser pour une bonne … ou une mauvaise cause.

 

Or, l’être humain fit un bien mauvais usage de cette précieuse faculté. L’Histoire nous montre ainsi que la Puissance (le nombre 6) a été mobilisée le plus souvent pour opprimer, envahir et asservir les peuples.

 

Que l’on songe à Napoléon Bonaparte, dont le nombre est 169 (notez que le nombre central est 6). Or, quelle puissance était la sienne ! Une puissance de travail phénoménale (qui épuisait ses collaborateurs), une puissante capacité d’organisation (c’est Napoléon qui élabora le Code Civil) et la constitution de la plus puissante armée du monde (la Grande Armée).

Nous savons hélas ce qu’il en advint. L’Empereur a mal utilisé la puissance qui lui était conférée. Au lieu de porter la France aux niveaux très élevés qu’elle devait atteindre à cette époque là (matériellement, humainement et spirituellement), il se laissa dominer par son orgueil et sa soif de pouvoir et conduisit ce Pays au désastre.

 

Rien n’était écrit d’avance. Si l’Empereur avait utilisé ses capacités avec sagesse et bonté, il aurait beaucoup apporté à la France et au Monde.

 

Les nombres renferment des forces immenses. Que le résultat de leur action soit lumineuse ou ténébreuse dépend seulement de notre orientation intérieure.

 

La solution de l’énigme

666 en vérité

Toute chose porte un nom et ce nom est relié à un nombre. Les choses lumineuses mais aussi les choses ténébreuses sont reliés à un nombre vibrant. Il est même parfaitement possible qu’une chose lumineuse et une chose ténébreuse vibrent dans le même nombre car l’action des forces qui nous sont octroyées dépend de l’orientation que nous leur donnons.

 

Dans la première partie de cet exposé, nous avons découvert une « bête » ténébreuse qui s’est développée dans les plans de la matière à cause du mauvais vouloir humain et qui vibre dans le nombre 666 : le péché.

 

Mais qu’en est-il de l’aspect lumineux ? Quelle « chose » bonne et lumineuse vibre dans le nombre 666, c'est-à-dire en une triple puissance dans le bien ? Nous savons simplement (Apocalypse 13 : 18) qu’il s’agit d’un nombre d’homme ou, pour être plus précis, du nombre d’un homme. Mais de quel homme s’agit-il ? A l’évidence, un homme qui sert la Lumière, tout en restant un homme. Il ne peut donc pas s’agir d’un Fils de Dieu car un Fils de Dieu est beaucoup plus qu’un homme mais probablement d’un homme véritablement accompli qui annonce l’arrivée d’un Fils de Dieu. Un précurseur en quelque sorte. Et de nouveau, tout s’éclaire magnifiquement avec les quelques citations suivantes (notez bien que les accentuations en caractères gras ont été rajoutées au texte original) :

 

Marc 1 : 6-8

 

1 : 6 Jean (le Baptiste) avait un vêtement de poils de chameau, et une ceinture de cuir autour de reins. Il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage.

 

1 : 7 Il prêchait, disant : Il vient après moi celui qui est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de délier, en me baissant, la courroie de ses souliers.

 

1 : 8 Moi, je vous ai baptisés d’eau ; lui, il vous baptisera du Saint-Esprit.

 

Jean (l’évangéliste) 1 : 6-8

 

1 : 6 Il y eut un homme envoyé de Dieu : son nom était Jean.

 

1 : 7 Il vint pour servir de témoin, pour rendre témoignage à la lumière, afin que tous crussent par lui.

 

1 : 8 : Il n’était pas la lumière, mais il parut pour rendre témoignage à la lumière.

 

Jean (l’évangéliste) 1 : 32-34

 

1 : 32 Jean (le Baptiste) rendit ce témoignage : J’ai vu l’Esprit descendre du ciel comme une colombe et s’arrêter sur lui.

 

1 : 33 Je ne le connaissais pas, mais celui qui m’a envoyé baptiser d’eau, celui-là m’a dit : Celui sur qui tu verras l’Esprit descendre et s’arrêter, c’est celui qui baptise du Saint-Esprit.

 

1 : 34 Et j’ai vu, et j’ai rendu témoignage qu’il est le Fils de Dieu.

 

Jean-Baptiste est donc bien l’homme qu’il nous faut ! Mais une ultime vérification s’impose, la preuve par 6 en quelque sorte. Quel est le nombre du nom « Jean-Baptiste » ?

 

En allemand, « Jean-Baptiste » s’écrit « Johannes der Taüfer ». Or, en utilisant notre clé numérique, nous trouvons ce résultat surprenant :

 

Johannes der Taüfer = 666

666 en vérité

Annonciation

 

De tous temps, des avertissements ont été transmis à l’humanité qui sombrait dans le péché, c'est-à-dire dans la transgression des lois divines. Il y a 3300 ans, Moïse reçu de ses guides lumineux les dix Commandements. La compréhension profonde et le respect conscient de ces dix sages conseils auraient sans doute permis de changer le cours des choses.

 

Mais hélas, comme tous les enseignements lumineux transmis par toute une lignée de Prophètes, le sens en a été perverti. Dans le meilleur des cas, ils ont été respectés à la lettre mais pas dans l’esprit. Ne prenons qu’un exemple, celui du cinquième Commandement : « Tu ne tueras point. » Nous sommes persuadés de n’avoir jamais transgressé ce commandement car nous n’avons jamais tué physiquement personne. Et pourtant, il nous est tous arrivé de répéter des informations non vérifiées ou de prononcer des paroles malveillantes au sujet de quelqu’un que nous connaissons à peine. Parfois, prenant conscience par la suite de notre erreur, nous avons éprouvé bien des regrets. Il n’en reste pas moins que nos mauvaises paroles ont participé à une sorte d’assassinat moral car nous avons contribué à tuer la réputation d’une personne qui ne le méritait peut-être pas. L’adage populaire ne parle-t-il pas de « parole assassine » ?

 

Mais depuis les hauteurs de Lumière, il devint évident que, en dépit de toutes les aides reçues, l’humanité n’avait pas changé et poursuivait sa chute à un rythme tellement accéléré qu’il ne resterait plus aucun espoir de salut pour quiconque à l’époque du Grand Jugement. Mais l’incommensurable Amour de Dieu ne pouvait permettre que ceux des êtres humains qui étaient restés bons soient entraînés dans la chute et l’anéantissement de l’immense cohorte des corrompus. Les Prophètes n’y suffisant plus, le Très-Haut décida l’Envoi sur Terre d’une Partie de Son Amour : Jésus.

 

L’humanité fut avertie de Sa venue. Des années durant, Jean-Baptiste interpella les foules, baptisant et annonçant l’arrivée de Celui dont il disait : « Il vient après moi celui qui est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de délier, en me baissant, la courroie de ses souliers. Moi, je vous ai baptisés d’eau ; lui, il vous baptisera du Saint-Esprit. »

 

Ainsi par Jean-Baptiste, s’accomplissait en une triple puissance (666) l’Annonciation de l’incarnation terrestre d’un Envoyé de Dieu dont l’Enseignement devait permettre à l’humanité de se débarrasser de la « bête » (le péché vibrant dans le nombre 666).

 

Hélas, une fois de plus, l’aide lumineuse fut méprisée par la majorité des hommes. Jésus fut assassiné, ses disciples furent raillés et persécutés. Par la suite, au fil des siècles, le pur Enseignement du Christ fut déformé, mal interprété, dénaturé, utilisé pour s’emparer du pouvoir terrestre. Cependant, suite à la Prière du Sauveur assassiné, une ultime chance fut accordée à l’humanité :

 

la venue d’un second Envoyé de Dieu !

 

La Grande Espérance

 

Un autre Envoyé de Dieu ? Cette nouvelle Annonciation est également en rapport avec le nombre 666 mais ceci fera l’objet d’un autre exposé. Contentons nous pour le moment de prendre connaissance des nombreux versets dans lesquels l’Apôtre Jean nous transmet les paroles annonciatrices de Jésus. Dans ces versets, il nous est signifié la venue d’un autre Envoyé de Dieu que l’Apôtre nomme « le consolateur » :

 

14 : 16 Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu'il demeure éternellement avec vous,

 

14 : 26 Mais le consolateur, l'Esprit Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit.

 

15 : 26 Quand sera venu le consolateur, que je vous enverrai de la part du Père, l'Esprit de vérité, qui vient du Père, il rendra témoignage de moi.

 

16 : 7 Cependant je vous dis la vérité : il vous est avantageux que je m’en aille, car si je ne m’en vais pas, le consolateur ne viendra pas vers vous ; mais, si je m’en vais, je vous l’enverrai.

 

16 : 13 Quand le consolateur sera venu, l'Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu'il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir.

 

Cette Annonciation est une Grande Espérance ! Soyons en éveil afin d’être en état, le moment venu, de reconnaître Celui qui nous est envoyé.

 

Note : les citations bibliques reproduites dans cet exposé proviennent de la traduction de Louis Segond publiée en 1880 (version originale non remaniée).

Epilogue

 

Je ne suis pas écrivain. J’ai rédigé cet exposé pour attirer votre attention sur une Œuvre de Très Haute Spiritualité intitulée « DANS LA LUMIERE DE LA VERITE ». Sans les connaissances contenues dans cet ouvrage, il ne m’aurait pas été possible d’élaborer cet exposé. Vous qui êtes un chercheur, je vous renvoie à ces écrits qui éclaireront votre âme avec Sagesse et Bonté.

 

Un livret de présentation de cette Œuvre est téléchargeable en cliquant sur le lien suivant :

http://ahp.li/e9163a26260004a5745a.pdf

 

Abonnement

 

Si vous désirez être tenu au courant des publications ultérieures, il vous suffit d’introduire votre adresse mail dans la rubrique « S’abonner » (à droite, en dessous de la rubrique « Catégories »).

666 en vérité

Publié dans Algèbre spirituelle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article